Consulat Général de Turquie à Genève

Annonces du Consulat Général

La Lettre Publiée De M.h.barbaros Dicle, Consul Général Dans L'hebdomadaire Hebdo , 12.01.2017

C'est avec stupéfaction et inquiétude que nous avons pris connaissance de la tribune que votre hebdomadaire a offerte le 15 décembre, au terroriste de l'ASALA, Mardiros Jamkochyan, auteur de l'assassinat en 1981 du secrétaire de notre Consulat général, M. Mehmet Savaş Yergüz.

La large couverture accordée à l'auteur du lâche assassinat minutieusement planifié et qui de surcroit affirme "", a profondément choqué et attristé les collègues de M. Yergüz pour qui ce douloureux événement est toujours très vivace.

Les actions violentes commises dans les années 70 et 80 par les groupes terroristes tels que l'ASALA, les CJGA et l'ARA ont eu pour conséquences l'assassinat de 34 diplomates turcs et de leurs proches, et celui d'un adolescent Suisse à Genève.

On a ainsi témoigné une campagne de terrorisme internationale, fruit de l'amalgame d'une lecture partisane de l'Histoire et d'une vision radicale et violente du nationalisme arménien, associé à la haine. 

Au moment de publier cet article où il n'est nulle part fait référence aux souffrances des victimes, n'y aurait-il pas eu lieu d'avoir une pensée pour la douleur vécue par l'épouse suisse et les enfants, alors âgés de 5 et 7 ans de M. Yergüz. Avec effroi, on y découvre que le terroriste n'exprime aucun remords, qu'il fut une prisonnier modèle reçu à sa libération comme tant d'autres terroristes de l'ASALA en "" par le régime d'Erevan, qu'il a eu des postes importants dans l'armée, qu'il se rend régulièrement en Suisse à l’occasion des réunions au sein de l'ONU et qu'il persiste à tenir des propos délirants à l'encontre des Turcs.

Nous pensons qu'il est primordial de ne pas entretenir une haine que l'on transmet de génération en génération, mais au contraire de favoriser toutes les bonnes volontés à la recherche du dialogue.

Nous, qui allons continuer à œuvrer avec confiance et conviction afin que les peuples turc et arménien puissent évoluer dans un climat amical et pacifique,

exprimons ainsi notre déception quant à la publication de l'article incriminé dans un média important de Suisse, pays qui permit le rapprochement et la signature des Protocoles de Zurich entre la Turquie et l'Arménie.

H.Barbaros DİCLE

Consul Général

Consulat Général de Turquie