No: 236, 6 Octobre 2020, Communiqué De Presse Concernant Le Rapport 2020 De La Commission Européenne Sur La Turquie

République De Turquie Ministère Des Affaires Étrangères 07.10.2020

La Commission européenne a publié aujourd'hui la stratégie d'élargissement 2020 et les rapports par pays préparés pour tous les pays candidats et candidats potentiels, y compris la Turquie. La position partiale, non constructive et basée sur deux poids, deux mesures de l’UE est à nouveau reflétée dans le rapport de cette année. Le rapport de cette année continue à critiquer la Turquie au moyen d’arguments dénués de fondement, sans toutefois se référer à ses propres responsabilités et engagements non tenus. Les critiques préjugées, injustes et disproportionnées sur notre système de gouvernement, les élections, les droits fondamentaux, certaines décisions de justice, les décisions administratives et les mesures légitimes prises dans la lutte contre le terrorisme ainsi que nos politiques étrangère, sécuritaire et économique révèlent à quel point le rapport est loin d'être objectif.

La Turquie est avant tout un pays candidat engagé dans le processus d'adhésion, ayant en fait été entravé par la position bornée adoptée par certains milieux européens. Malgré certains efforts en sens contraire, la Turquie ne s'est pas éloignée de l'UE et elle est toujours engagée dans le processus d'adhésion. La Commission était censée insister fortement sur ce fait et s'abstenir de toute distinction entre la Turquie et les Balkans occidentaux dans sa stratégie d'élargissement.

Les sections du rapport concernant les questions de la Méditerranée orientale, de la mer Égée et de Chypre sont entièrement basées sur les arguments grecs et chypriotes grecs. Cette situation ternit la neutralité de la Commission. Nous rejetons cette perspective biaisée et illégale qui ne contribue ni à résoudre le problème chypriote ni à instaurer la stabilité dans la mer Égée et la Méditerranée orientale. De plus, étant capable de détourner les relations entre la Turquie et l’UE dans cette mesure, le duo grec et chypriote grec éloigne l'UE de la sagesse et de la vision stratégiques et sape également les intérêts propres de l'UE. N'ayant aucune revendication sur les droits de quiconque, la Turquie est déterminée à protéger ses propres droits et ceux des chypriotes turcs.

Dans le rapport, la section sur les critères politiques et le chapitre sur le pouvoir judiciaire et les droits fondamentaux en particulier ont été rédigés avec une compréhension qui ne tient pas compte des défis auxquels la Turquie est confrontée et des menaces posées par des organisations terroristes, telles que le PKK/PYD/YPG, FETO et DAECH. Le langage utilisé dans cette section ne peut servir en fait qu'à satisfaire les milieux radicaux anti-UE et anti-Turquie en Europe. La Turquie, conformément aux valeurs universelles, trouve un équilibre entre les droits fondamentaux, la démocratie et l'État de droit d'une part, et la sécurité d'autre part.

En outre, il est gravement contradictoire que l'UE, qui prétend être fondée sur des valeurs communes, n'ait pas encore ouvert les négociations sur le chapitre 23 relatif au pouvoir judiciaire et aux droits fondamentaux et sur le chapitre 24 relatif à la justice, à la liberté et à la sécurité. La Turquie attend de l'UE qu'elle partage le fardeau et remplisse tous ses engagements découlant de la déclaration UE-Turquie du 18 mars, au lieu de faire l'éloge de la Turquie en ce qui concerne sa politique humanitaire sur la gestion des migrations clandestines.

Bien qu'il soit souligné dans le rapport que l'économie turque a un bon niveau de capacité à faire face à la pression concurrentielle et aux forces du marché au sein de l'Union, certaines politiques menées par la Turquie sont critiquées en fonction du critère d'une économie de marché viable. La Turquie est bien intégrée au marché de l'UE en termes de liens commerciaux et d'investissement et elle est directement affectée par les problèmes économiques au sein de l'UE et les fluctuations des marchés mondiaux. Toutefois, en prenant les mesures nécessaires, la Turquie tente de traverser cette période difficile avec un minimum de dommages qui affectent profondément même les États membres de l'UE. En outre, il est révélateur de signaler un retour en arrière dans les domaines liés à l'union douanière, alors que l'UE elle-même n'a pas entamé de négociations pour mettre à jour l'union douanière.

Le rapport indique que la Turquie a atteint un bon niveau d'alignement dans 21 chapitres et rappelle également que divers niveaux de progrès ont été atteints dans 17 chapitres au cours de l'année dernière. Il témoigne clairement de la volonté de la Turquie de poursuivre son effort d'alignement sur l'acquis communautaire, malgré les obstacles politiques qu'elle a rencontrés au cours du processus d'adhésion.

Nous souhaitons sincèrement que l'UE aborde la Turquie, pays candidat, en tenant compte des intérêts supérieurs et de la vision commune de notre continent, plutôt que des intérêts égoïstes et étroits de certains milieux, et développe les relations entre Turquie et l’UE dans toutes ses dimensions, conformément à la perspective d'adhésion à l'UE.

Lundi - Vendredi

09:00 - 13:00 / 14:00 - 17:00

ATTENTION! VEUILLEZ PRENDRE VOTRE RENDEZ-VOUS PAR LE SITE INTERNET www.konsolosluk.gov.tr POUR TOUTES LES DEMARCHES CONSULAIRES.
01/01/2020 01/01/2020 Nouvel An
10/04/2020 10/04/2020 Vendredi Saint
13/04/2020 13/04/2020 Pâques
21/05/2020 21/05/2020 Jeudi de l'Ascension
01/06/2020 01/06/2020 Lundi de Pentecôte
31/07/2020 31/07/2020 Fête du sacrifice
01/08/2020 01/08/2020 Fête Nationale de la Suisse
10/09/2020 10/09/2020 Jeune Genevois
29/10/2020 29/10/2020 Fête de la République
25/12/2020 25/12/2020 Noël
31/12/2020 31/12/2020 (Fête de la Restauration de la République)
01/01/2021 01/01/2021 Nouvel An